tapin²

Totalement/totale Action/actuelle/a-poétique Poésie/poetry/poesia Internationale/inadmissible/inouïe/idiote Non-imprimée/not printed/nueva v.2.0


"The T.A.P.I.N. tape"



Pour la première mouture de T.A.P.I.N., Christophe Tarkos m’avait envoyé en 1999 (ou fin 1998 ?) un mini-disc. Les poèmes lus avaient alors été scindés en trois fichiers distincts et encodés, pour le bas-débit d’alors, au format Real-audio.
Voici désormais sur tapin² l’intégralité de ce mini-disc en mp3.
En l’absence de titres, les poèmes avaient été nommés par nos soins : "Je me peigne", "Tourner", "cette terre".




Source : T.A.P.I.N. (inédit)




NB : En octobre 2014 est sorti chez P.O.L., le volume L’enregistré de Christophe Tarkos comprenant de nombreux documents vidéos, audios, visuels...


Sur le CD proposé dans le livre, on retrouve deux enregistrements tirés de ce minidisc appelé ici MiniDisc "Boxon" : "Je me peigne" à la piste 17 et "Quelle belle terre" piste 19.


"Tourner" reste donc inédit sur le site.


J’apporte une petite précision pour corriger quelques petites erreurs de Philippe Castellin (qui a fait, nous ne méprenons pas, un travail admirable sur ce formidable volume) à propos de cet enregistrement (p.461 et p.469)
Le minidisc n’a pas été envoyé par Christophe pour le numéro double sorti en 2003 (BoXoN a du mal à penser à si long terme !). Non, le MiniDisc avait été envoyé pour le site T.A.P.I.N. apparu à l’été 1998. Je l’avais alors rencontré à deux reprises (Une soirée Tija et au tipi de Beaubourg) et lui avais demandé des sons courts pour ce qui était un des tous premiers sites de poésie français proposant autre chose que de l’écrit. Le son était difficile à diffuser pour le bas-débit car alors très lourd & long à charger, il me fallait des pièces très courtes. Ces enregistrements avaient donc été mis en ligne dès leur réception.
Philippe s’étonne page 469 que ces enregistrements soient absents du CD, c’est donc on ne peut plus normal. Nous ne les avons pas négligés, bien au contraire.
Le Minidisc comporte une étiquette avec noté : "TARKOS pour Boxon 1 et 2"
De même dans l’introduction, on l’entend dire "Salut BoXoN, ici Tarkos". Il ne s’adresse pas ici à la revue (qui n’a pas d’oreilles), mais au collectif que nous sommes, à l’origine du site. D’où, je pense, la méprise. La lettre envoyée avec le disque (reproduite en partie ci-dessous, et transmise à l’IMEC) indique bien qu’il destine ces sons au site et non à notre revue.

Ces poèmes sont, il me semble, la première publication sonore en ligne de Tarkos et donc une première diffusion sonore accessible à un large public de son travail. Il s’agit également d’enregistrements qui, dans leurs formes mêmes, sont liés à une forme de diffusion (l’internet bas-débit 56k) qui est donc très différente des enregistrements pour d’autres supports (cassette, CD). Si nous avions envisagé alors un CD, il aurait enregistré un texte plus long.
C’est, à ma connaissance, sa seule contribution sonore destinée à un site. (la contribution "vidéo" de l’argent semble être une autre incursion sur Internet. (Même si, personnellement, je ne me souviens pas l’avoir vu en ligne.)

Ces précisions sont ici pour rétablir la conception de ces enregistrements, les re-situer dans le bon contexte, et non pour critiquer ce travail désormais indispensable que nous vous conseillons d’acquérir au plus vite.

Ici, une capture de archive.org prise en septembre 2000, on y voit Tarkos au menu
J.A.

Pour info, les photos de T. Aué le représentait nu. Elles ne m’ont pas été retournées lors de mon envoi à l’IMEC.